ENMG : un détective soupçonneux et perspicace

ENMG

Suspicion de SLA

Dans notre pratique, il n’est pas rare de se retrouver face à une suspicion de SLA. Il s’agit même d’une situation assez fréquente, qu’il convient de maitriser, vu les lourdes conséquences qu’entraîne un tel diagnostic pour le patient. Sans scoop récent, le sujet est cependant loin d’être « sclérosé ». Au cours de son topo, le Dr Aude-Marie Grapperon reviendra notamment sur l’évolution des critères diagnostiques officiels de la SLA, qui intègrent désormais la présence de fasciculations en ENMG. Ne pas oublier de les rechercher ! Elle insistera également sur l’importance d’un examen bien conduit pour écarter le diagnostic de SLA et rechercher d’autres causes aux atteintes motoneuronales ou neuropathiques. En bref, un sujet « musclé », et pas « amyotrophié » !

Suspicion de neuropathie des petites fibres

Dans ces situations-là, l’ENMG standard est a priori normal… Car il voit les choses en grand : il ne teste que les grosses fibres ! Ce que va montrer le Pr Jean-Pascal Lefaucheur lors de sa session, c’est qu’il existe un éventail de techniques faciles à mettre en place par tout neurologue disposant d’une machine ENMG, qui sont utiles à l’examen de débrouillage des neuropathies des petites fibres. Un diagnostic qui n’est finalement pas si rare… à condition de le rechercher. On ne trouve que ce que l’on cherche, et on ne cherche que ce que l’on connaît ! Il montrera aussi un plus large ensemble de techniques, certes hospitalières, mais bien utiles.

Coordinateur : Yann Péréon

Mercredi 19 décembre – 9h30-12h00 • Salle 2